La tombe d'un guerrier grec et les trésors qu'elle renferme

La tombe d'un guerrier grec vieux de plus de 3500 ans, inhumé avec ce qui constitue un trésor archéologique, a été mise au jour par une équipe internationale dirigée par deux archéologues américains, au sud-ouest de la région du Péloponnèse, près des ruines du Palais du roi Nestor (Grèce). Celui-ci reposerait avec ses armes, des bijoux et divers objets précieux.

photo du collier en or trouvé dans la tombe
Collier en or retrouvé dans une tombe vieille de plus de 3500ans, dans le Péloponnèse.

La sépulture était protégée par une énorme dalle de pierre, et n'a pas été profanée par des pilleurs de tombe comme cela peut souvent se produire sur de tels sites. Retrouvés dans un remarquable état de conservation, les restes du guerrier, qui reposaient depuis plus de trois millénaires dans un cercueil de bois, pourraient appartenir, à en juger par la valeur des objets trouvés dans la tombe, à un chef de clan ou à une personnalité importante ou très fortunée.

Une amulette d'ivoire représentant un griffon, cette créature mythologique mi-aigle, mi-lion, lui vaut pour l'instant le surnom de « guerrier au griffon ». En effet, rien ne permet encore de connaître avec précision l'identité du squelette.

Principales informations à propos de la découverte archéologique

  • Nature de la découverte : Sépulture.
  • Localisation : Sud-ouest du Péloponnèse, près de la ville antique de Pylos et des ruines du Palais de Nestor (Grèce).
  • Datation : Environ 1500 av. J.-C., époque mycénienne.
  • Dimensions de la sépulture : 2,40 m de long, sur 1,20 m de large et 1,50 m de profondeur.
  • Contenu : Un squelette humain, de sexe masculin, âgé de 30 à 35ans. Au total 1400 objets divers, parmi lesquels des épées de bronze, une armure de bronze, de la vaisselle d'or, d'argent et de bronze, un peigne d'ivoire, un miroir de bronze, ainsi que divers bijoux.
  • Date de la découverte : mai 2015.
  • Identité des archéologues : Jack Davis et Sharon Stocker de l'Université de Cincinnati (États-Unis).

Localisation du site archéologique

Un guerrier enterré avec ses armes

Bien qu'il soit difficile de dire quelle fonction occupait celui qui reste à ce jour un inconnu, il pourrait s'agir, au vu des quelque 1400 objets retrouvés dans sa sépulture, donc certains ayant trait à la guerre, d'un guerrier, d'un chef de clan.

« Qui que fut cet homme, il semble avoir été célébré pour ses échanges commerciaux ou ses combats sur l'île voisine de Crète », a déclaré le Docteur Davis.

Au moment de son inhumation, il était âgé d'environ 30 à 35 ans, portait une armure de bronze, un casque décoré avec les défenses d'un sanglier une épée glaive de bronze de près d'un mètre de long, ornée d'une poignée d'ivoire. D'autres armes ont été retrouvées, et notamment une longue épée, plusieurs dagues et un fer de lance.

Un trésor comptant 1400 objets

peigne en ivoire
Un des six peignes en ivoire trouvé dans la tombe.

Le raffinement des objets avec lesquels il a été enterré témoigne de son prestige et de sa fortune. L'inventaire réalisé recense pas moins de six peignes en ivoire, et finement ouvragés, des coupes en or, en argent ainsi de la vaisselle en métal précieux ou en bronze.

bague en or
Bague en or portant un sceau représentant un taureau.

Des bijoux en or ont également été placés à ses côtés, tels que des colliers d'or et de perles, des bagues portant un sceau. Un miroir en bronze faisait lui aussi partie du trésor inhumé avec le défunt.

Diverses pierres précieuses avaient été déposées dans la tombe, comme des améthystes, des jaspes et des agates.

Les archéologues espèrent en apprendre davantage sur les origines de cet individu en analysant son ADN, ce qui sera possible uniquement s'ils trouvent sur son squelette une dent en bon état de conservation et renfermant suffisamment de matériel génétique pour nous livrer ses secrets.

S'ils parviennent à trouver des matières végétales enfermées dans le cercueil au moment de l'inhumation, ils seront également en mesure d'effectuer une datation précise au carbone 14.

À ce stade des recherches, tout porte à croire que la tombe serait antérieure à l'époque du roi Nestor (celui-là même que Homère évoque dans son Iliade) ou du père de ce dernier Neleus, d'au moins 2 à 3 siècles.